Poëtudes ... écritures et arts

Avec de vrais morceaux de phrases dedans...

Journal d’un confinement : Semaine du 7 au 13 avril 2020

Journal d’un confinement : Semaine du 7 au 13 avril 2020

Propositions d'écritures par

Les Tisseurs de Mots

 

 

 

Mardi 7 avril 2020

 

 

Mercredi 8 avril 2020

 

 

 

Jeudi 9 avril 2020

 

 

 

Vendredi 10 avril 2020

 

 

 

 

Samedi 11 avril 2020

 

 

 

 

...

Dimanche 12 avril 2020

 

 

Lundi 13 avril 2020

 

 

 

INTERMÈDE

 

 

Merci pour votre feuilletage :-)

 

 

"En vérité, le poète, le vrai poète, possède l’art du funambule.

Écrire, c’est avancer mot à mot sur un fil de beauté, le fil d’un poème, d’une œuvre,

d’une histoire couchée sur un papier de soie.

Écrire, c’est avancer pas à pas, page après page, sur le chemin du livre.

Le plus difficile, ce n’est pas de s’élever du sol et de tenir en équilibre,

aidé du balancier de sa plume, sur le fil du langage.

Ce n’est pas non plus d’aller tout droit,

en une ligne continue parfois entrecoupée de vertiges

aussi furtifs que la chute d’une virgule,

ou que l’obstacle d’un point."

Maxence Fermine, in : Neige

 

La suite en cliquant là...

Quitte à être confiné

autant choisir sa maison...

L'Arpeggiata & Lucilla Galeazzi - Voglio Una Casa

"Je veux une maison


Je veux une maison, je la veux belle
Pleine de lumière comme une étoile
Pleine de soleil et de chance
Et que la lune se lève sur le toit
Pleine de rires, pleine de pleurs
Maison, je te rêve, je te rêve tant.
Diridindindin, Diridindin...
 
Je veux une maison, pour tant de gens
Je la veux solide et accueillante
Robuste et chaude, simple et vraie
Pour y faire de la musique matin et soir
Et que la poésie y ait son lit
Je veux habiter sous ce toit.
Diridindindin, Diridindin...
 
Je veux que toute maison soit habitée
Et que plus personne ne dorme dans la rue
A mendier comme un chien
Parce qu’il n’a plus d’endroit où aller
Comme une bête sur qui on crache
Et que jamais personne, personne n’aide.
Diridindindin, Diridindin...
 
Je veux une maison pour les jeunes,
qui ne savent jamais où se rencontrer
et pour les vieux, des maisons spacieuses
qu’ils puisent vivre avec leurs proches
des maisons pas chères, pour les familles
et qu’il y naissent des fils et des filles.
Diridindindin, Diridindin..."


https://lyricstranslate.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :