Poëtudes ... écritures et arts

Poëtudes ... écritures et arts

Avec de vrais morceaux de phrases dedans...

Cet instant suspendu à...

 

« Ta fille a pour visage une petite émeute / ses mains sont une guerre civile /
un camp de réfugiés derrière chaque oreille / un corps jonché de choses laides. /
Mais Dieu, /Vois-tu comme elle porte bien le monde?
»
Warsan Shire - Où j'apprends à ma mère à donner naissance

 

    Il y a cet instant suspendu à
        un souffle d'air
          avant est ailleurs
      après n'est pas prêt

 

            Ce point précis
              inconfortable
          qui dérive entre deux rives

 

                Fil flottant entre
            espoir et contre toute attente

 

                        Cette minuscule fulgurance d'éclair où
                       toute une vie entière reste ou bascule 
                     au creux de la vague

 

    C'est
         sur ce grain de sable invisible
        entre jamais et encore possible
               que les rouages de destins entiers coulent
                ou surnagent

 

        Dans cette inconsistante seconde
            tout corps plongé dans l'eau
             se relève ou se noie

 

                    Dans cette eau dans cette onde
                 - à peine plus épaisse que les phrases froissées d'un livre -
                         dans ce flot
                               un seul mot blesse ou délivre

 

            Ici transi en transit entre deux berges
                 le sel brûle dévaste immerge sous un ciel sans calcul

 

        Canaux pneumatiques gonflés à bloc de peurs paniques
              coques en cloque bateaux titaniques
                  mer amère peine liquide

 

        Coups contre coups 
            hommes femmes cœurs et âmes corps crevés 
            creusent les crevasses sombres de leurs tombes
                dans notre oubli d'océan

 

            Devant le luxe aveugle de nos yeux
                       la fuite
                    décime
                l'engloutissement clot l'aveu de la suite de nos
        ventes mines bombes crimes armes larmes feu et sang
            sans consentement mutuel

 

                        Le temps de rêver n'attend plus

 

                A cet instant
            suspendu
           à
        un souffle qui tremble
                                   choisir
                dormir ou se réveiller

                    anéantir
                             ou se relever
                ensemble.

 

Anne Rapp-Lutzernoff

In, "Entre deux os"

 

© Anne Rapp-Lutzernoff – Poëtudes - 2018

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article