Poëtudes ... écritures et arts

Poëtudes ... écritures et arts

Avec de vrais morceaux de phrases dedans...

Entre deux rives

 

Entre deux rives

 

        Le lit est défait
        la chambre est vide

        Encore
          le poids de son corps
            dans les draps de coton

        Aussi le poids de toute sa vie

          Un jour
              elle n'a pas choisi de choisir
        entre rester ou fuir - tenter de survivre ou mourir

            C'était le dernier bateau
    
        Le bois sur l'eau l'a flotté jusqu'au bois du lit d'aujourd'hui
            deux radeaux taillés dans le même arbre des départs irrésolus
            planté sur les mêmes terres déracinées

 

 

            Ainsi
                un matin
        ses premières rides se sont creusées dans l'eau d'un voyage involontaire

               Ce jour là
            les mains les regards des siens
            se sont estompés dans ce sillage
                   qui s'est refermé sur leurs vies sur leurs voix

                        Nœud après nœud
                            dans l'estomac
                               la houle

        La chambre sombre est sobre
        pour des yeux innocents

        La nuit qui descend à l'envers ne révèle rien
        de ce qui se tient partout dans la mémoire

                Elle - son histoire s'est inscrite dans la moindre cellule de l'air

            L'atmosphère
               par vagues
                 bruisse du souvenir

        La vieillesse révèle les enfances

                En partance
       elle a tiré derrière elle l'immense toile éternelle de tout son être depuis sa naissance
              et l'a tissée d'ailleurs

 

 

        Ici - elle seule savait tout l'océan
           contenu secrètement dans la carafe pour la soif
            - ce vieux broc ébréché comme une coque fissurée de bateau.

        Là-haut
             on dit que c'est le même ciel
               pour toutes les âmes

                Mais quelle terre accueille les cœurs balayés par des lames de fond
                qui les défont et les arrachent à leurs attaches de sang

        De départ en départ
            un lit de hasard
                vous impose un présent
        où le passé – banc de poissons rapides – trouble chaque instant

            Le vide reste sans cesse avide
                de ce qui s'est perdu

                Flux et reflux rendent impossible l'immobile
        et la vigie sur la croix du lit
            regarde derrière les horizons pendant chaque sommeil

                    Rêves de retour échoués sur la grève

              Les matins se lèvent
            sans penser à rien

 

 

                Demain et même avant
                      d'autres migrants
                  prendront les flots de plein fouet

                        Elle – a échappé
                            en apparence
                                à la noyade

        Les draps d'écume s'échouent
            sur le bleu vert du carrelage

        Des larmes comme des algues
           balayent le paysage
                des dernières images de ses regrets

            La mise à l'eau a sonné
                l'heure pour elle de lever l'ancre
                    de son dernier bateau

                     Dans un sillon d'étoiles
                        Babouchka - grand-mère entre deux terres
                     prend la mer de la mort migre une dernière fois
                pour naître enfin au ciel
                         dans un terreau universel.

 

© Anne Rapp-Lutzernoff – Poëtudes - 2018

A retrouver dans l'anthologie "Ailleurs" aux éditions de L'aigrette

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article